Le Rêve du cordonnier

Le Rêve du cordonnier (Cobbler's Dream): Musique traditionnelle française, scandinave, irlandaise et québécoise.
« Voici un disque bien particulier que Laurie Hart et Paul Marchand (Manigances - Entourloupe) ont longuement mûri où les musiques du Québec et d'Irlande côtoient les chansons françaises et la musique scandinave! Laurie passe du nyckelharpa, au violon Hardanger et au violon avec la même facilité que Paul mélange les accords des gigues irlandaises, des reels québécois et des chansons françaises. Plus que la découverte d'un duo complice de longue date, ce disque vous fait voyager d'un univers à un autre avec un fil conducteur qui se nomme passion. Paul et Laurie partagent ce don de découverte et ce charisme qui nous permet à notre tour de partager ces musiques. Le rêve du cordonnier...un disque rafraichissant et un duo grandement inspiré. » -- Guy Bouchard, Trente sous zéro

« Ça m'a permis de me rapprocher encore davantage de la musique de chez nous... Ça m'a été une porte d'entrée dans un monde merveilleux de la musique traditionnelle et d'excellents musiciens tout près d'où j'habite. Paul est vraiment un excellent guitariste... Vraiment Laurie je dois te dire aussi combien j'apprécie ta musicalité. C'est toujours si coulant puis serein. L'intégration des musiques scandinaves, françaises et québécoises puis celtiques et irlandaises.... le résultat est tout à fait génial ! » -- Suzanne Gervais, danseuse et traductrice
Nyckelharpa suédois, pistes 1, 5, 6, 15
Hardanger fiddle norvégien, pistes 9, 13
IndifferenceAnitaCanot-Vanhaa-ValssiaRudl-etter-MosafinnCliquez sur la triangle pour écouter.

Duo Hart-Marchand

Laurie Hart - violon, nyckelharpa, Hardanger fiddle
Paul Marchand - guitare, voix, pieds

Arrangements/Réalisation - Laurie Hart & Paul Marchand
Prise de son: André Marchand & Mark Busic à Studio Chemin 4,
Notre-Dame-des-Prairies, Québec in 2004
Mastering: Will Russel à Electric Wilburland Studio
Camille Doucet, aquarelle
Suzanne Gervais, traduction
Pierre David, photographie
Barbara Tefft, graphisme

1. Halling, Anita, Marche [violon, guitares, nyckelharpa]
Ce pot-pourri rassemble nos principales influences musicales, scandinaves, celtiques et françaises. C'est en 2002, que Laurie a entendu ce halling, joué durant une compétition en Norvège par le groupe Lom Spelemannslag, des violoneux de la région de Gudbrandsdal. Un gros merci à notre bon ami, Jean-Paul Loyer de Joliette pour cette seconde pièce qu’il a composée pour sa mère Anita. Comme en 1996 quand ils se sont rencontrés, Laurie et Paul ont toujours du plaisir à jouer les 6/8 de Jean-Paul. De Bretagne, où Paul passa deux ans, voici une marche du groupe Pennoù Skoulm.

2. Sur un air de reproche [voix, guitare, violon]
Poème de Gaston Coûté (1880-1911) de la Beauce (France), musique par Gérard Pierron. Voici l'histoire d'un homme qui se remémore sa vie depuis l'enseignement de son père. Au dire du poète, il est de simples mots qui influencent toute une vie.

Quand j'étais petit, petit
À l'assemblée du pays
Guère plus haut qu'une pomme
Mon père un bon paysan
M'avait dit en me glissant
Des gros sous dans la menotte:
« Tiens, p'tit gars, v'là deux sous
Pour ton assemblée
Tiens, p'tit gars, v'la deux sous
Mais n'les dépense pas »

Avec les autres morveux
Je courais le coeur joyeux
Jusque sur la place en fête
Écoutant le carillon
De mon unique billon
Qui tintait dans ma pochette

Chez le marchand de gâteaux
Installé dessous l'ormeau
C'était la galette au beurre
Et le sucre d'orge blond
Et la roue aux macarons
Qu'une plume d'oie effleure

Devant tout ce paradis
Je restais abasourdi
N'osant rien dire et rien faire
puis je retournais chez nous
pleurant avec mes deux sous
Que m'avait donnés mon père

Ainsi belle aux yeux charmants
Qui dites m'aimer vraiment
Sans vouloir me laisser prendre
Parmi votre corps osé
Ce que j'appelle un baiser
Près de vous je crois entendre:
« Tiens, p'tit gars, v'la deux sous
Pour ton assemblée
Tiens, p'tit gars, v'la deux sous
Mais n'les dépense pas »

3. Indifférence [violon, guitare]
Valse musette composée par Tony Murena (1917-1971) et Joseph Colombo (1897-1973). Tirée du riche répertoire de musette où l’accordéon est roi, cette musique prend sa source dans les cafés de la banlieue de Paris entre les années 20 et 40.

4. Derrière chez nous, Les poules huppées, Gavotte [violons, guitare]
C ‘est une suite d’air français. Les deux premières pièces sont des bourrées à trois temps, dont la seconde fut composée par Gilles Chabanat d’Auvergne. Paul a appris la troisième pièce, une gavotte, de sa femme Monique originaire de Bretagne.

5. Canot d'écorce, Vanhaa Valssia (Vieille Valse) [voix, nyckelharpa, guitare]
La version de cette chanson de voyageur a été popularisée dans les années 60 par le chansonnier Raoul Roy. Le thème principal nous vient d’Europe et remonterait au XVième siècle. Les paroles du refrain furent adaptées au Québec en s’inspirant de la légende de « La chasse-galerie », bien connue au Québec. Laurie a appris la valse qui suit auprès du groupe Troka.

Mon père n'avait fille que moi, canot d'écorce qui vole, qui vole
Encore sur la mer il m'envoie, canot d'écorce qui volera

Le marinier qui m'y menait ... il devint amoureux de moi
Il dit « La Belle, embrassez-moi » ... « Non, non, monsieur, je n'oserais
Car si mon papa le savait ... fille battue, ce serait moi »
« Qui d'entre nous le lui dirait? » ... « Ce serait l'oiseau de ces bois »
« L'oiseau de ces bois parle-t-il? » ... « Il parle anglais, l'français aussi
Il parle anglais, l'français aussi ... Il dit ce qu'on lui a t'appris »


6. Polska efter Ritekt-Jerk [nyckelharpa]
C'est un air à danser en couple de Bingsjö, en Suède. Laurie le joue en solo avec un instrument suédois d'origine médiéval. Son nyckelharpa chromatique moderne a quatre cordes jouées avec un archet, douze cordes qui vibrent par sympathie, et trois rangées de clés.

7. Låt till far (Air à Papa), Snowy Path (Le sentier enneigé), Kid on the Mountain (Le chevreau sur la montagne) [violon, guitare]
On commence par une marche suédoise composée par Pers Erik Olsson, puis on joue deux 9/8 irlandais. Le premier est composé par Mark Kelly du groupe Altan. Le dernier fut l’air déclencheur qui a amené Laurie à découvrir la musique traditionnelle, il y a vingt ans déjà. Quel plaisir de l’enregistrer avec Paul !

8. Aux marches du palais [voix, violons, guitare]
Il y a plusieurs versions de cette histoire charmante du rêve du cordonnier, tant en France qu’au Québec. Paul a entendu celle-ci en Bretagne chantée par Mathieu Hamon, un grand chanteur du pays Gallo, à l'est de la Bretagne. Le violon jouant la mélodie fait ses réponses à la mode diskaner (deuxième chanteur) de Bretagne en chevauchant chaque vers du kaner (premier chanteur).

Aux marches du palais, lundi, mardi, jour de mai
Aux marches du palais, y a t'une jolie servante
Y a t'une jolie servante, lundi, mardi, danse

Elle a tant d'amoureux ... qu'elle ne sait lequel prendre
Elle aime le fils du roi ... celui d'un valet d'chambre
C'est un p'tit cordonnier ... qui a eu la préférence
Il lui fit des souliers ... à la mode de Nantes
Quand il lui mit au pied ... Il lui fit sa demande
« La belle, si tu voulais ... nous coucherions ensemble
Dans un beau lit carré ... couvert de toiles blanches
Aux quatre coins du lit ... le rossignol y chante
Et en-dessous du lit ... la rivière est courante
Tous les chevaux du roi ... viennent y boire ensemble
Le noir il s'est noyé ... le plus beau de la bande
Si le roi le savait ... il nous ferait tous pendre »


9. Vossarudl etter Ola Mosafinn [Hardanger fiddle]
Un rudl est une belle danse en couple norvégienne. Laurie a appris cet air d’Arne Anderdal à Voss, une ville à l’ouest de la Norvège. C'est joué à la mode du fameux violoneux de Voss, Ola Mosafinn (1828-1912). Le violon Hardanger, richement orné d’incrustations et de dessins à l’encre, possède cinq cordes sympathiques tendues au-dessous de la touche. Il est joué traditionnellement en solo dans le centre-sud et l’ouest de la Norvège. Au fil des siècles, son répertoire de danses et d’airs à écouter a été transmis au coup d’archet près par la tradition orale.

10. La bonne-femme Noël, Reel du gaucher, Reel à Raymond [violon, guitare, pieds]
On peut trouver les partitions de ces trois reels québécois dans le livre Danse ce soir ! de Laurie Hart et Greg Sandell, publié chez Mel Bay en 2001. Le premier air nous vient de Lucien Mirandette (1924-1993) de St-Cuthbert, oncle du multi-instrumentiste Jean Claude Mirandette. Le violoneux Henri Landry (1923-2001) de Pontbriand a appris le second air de son voisin, un violoneux gaucher appelé le quêteux Pomerleau. Laurie a recueilli le troisième de l’ethnomusicologue et violoneuse Lisa Ornstein. Il provient du grand violoneux Aimé Gagon (1921-1997) qui vivait à St-Louis-de-Lotbinière, près d’où Paul a élu domicile.

11. Promenade d'automne, Ebb Tide (La Marée descendante) [guitare, violon]
Paul a composé ce premier hornpipe, et Laurie a appris le second du premier enregistrement de Séamus Egan.

12. Petit Grégoire, Scottish du Stockfish, Ridée à 6 temps [voix, violon, pieds, guitare
Chanson de Théodore Botrel (1868-1925), Breton immigré à Paris. Elle fait référence à Louis XVI et à Jean « Chouan » Cottereau, chef du mouvement de résistance qui porta son nom et s’étendit dans l’ouest de la France. L’histoire se situe autour de la révolution française et en 1793, date du soulèvement des Chouans contre les Républicains. La scottish a été composée par le belge Daniel Thonon, joueur de vielle à roue qui vit à Saint-Marc-sur-Richelieu, au Québec. Laurie a appris la ridée lors d’une visite mémorable du groupe Tüq, des amis montréalais, chez elle à Ithaca, New York. Elle joue ce pot-pourri avec son violon accordé en fa-do-sol-ré.

La maman du petit homme lui dit un matin:
« À quinze ans t'es haut tout comme notre huche à pain
À la ville tu peux faire un bon apprenti
Mais pour labourer la terre
T'es ben trop petit mon ami, t'es ben trop petit, dame oui »

Vit un maître d'équipage qui lui rit au nez
En lui disant: « Point n'engage un tout nouveau né
Tu n'as pas l'air de frimousse mais t'es mal bâti
Pour faire un tout petit mousse, t'es ben trop petit ... »

Dans son palais de Versailles fut trouver le roi:
« Je suis gars de Cornouailles, Sire, équipez-moi »
Mais le bon roi Louis XVI en riant lui dit:
« Pour être garde française, t'es ben trop petit ... »

La guerre éclate en Bretagne le printemps suivant
Et Grégoire entre en campagne avec Jean Chouan
Les balles passaient nombreuses au-dessus de lui
Et sifflotant dédaigneuses: « T'es ben trop petit ... »

Cependant une le frappe entre les deux yeux
Par le trou l'âme s'échappe, Grégoire est aux cieux
Là, Saint Pierre, qu'il dérange, lui dit: « Hors d'ici
Il nous faut un grand archange, t'es ben trop petit ... »

Mais en entendant la chose, Jésus se fâcha
Entrouvrit son manteau rose pour qu'il s'y cacha
Fit entrer ainsi Grégoire dans son paradis
En disant: « Mon ciel de gloire
En vérité, je vous l'dis c'est pour les petits, dame oui »

13. Tjønneblomen (Le Nénuphar) [Hardanger fiddle, guitare]
Gjermund Haugen (1914-1976) de Telemark en Norvège a composé cette valse. Haugen a été l’un des premiers violoneux à jouer dans une église en Norvège. Avant la moitié du siècle dernier, jouer du violon faisait sourciller les autorités religieuses comme pour une activité honteuse (danser et boire y étaient associés). On se croirait au Québec à la même époque ! Haugen écrivit un poème pour accompagner cet air:
On doit s'imaginer au bois près d'un étang
où les nénuphars blancs immaculés se bercent gentiment
sur les petites vagues et s'ouvrent vers le ciel


14. College Groves (Les bosquets du collège), Boil the Breakfast Early (Préparez le petit-déjeuner de bonne heure), Hunter's Purse (La besace du chasseur) [violon, guitare, pieds]
Laurie a appris le premier de ces trois reels irlandais sur l’un des premiers disques de Kevin Burke. Paul y a ajouté sa touche personnelle.

15. Marsch i säng (La marche vers la nuit de noces) [nyckelharpas, vocal/voix, guitare]
Ici on souhaite bon rêve au cordonnier et à sa belle ! Cette marche nuptiale du suédois Jonas Ohlsson a été composée pour un couple si enthousiaste qu’il a défilé deux fois plus vite dans l’allée lors de son mariage.

Total: 60 minutes

Tous les airs sont traditionnels sauf indication contraire.

Remerciements: André, Mark, Will, Camille, Suzanne, Barb; Monique Lebossé, Dave Nutter, Denis Fréchette, Deborah & David Osherow. Merci aussi à Donald Deschêne et Maurice Pouliot pour leurs références sur les chansons.